84e
Rallye Monte-Carlo

18 - 24 janvier 2016

Ogier en tête d'un duel excitant au Monte-Carlo

Publié le 22 janvier 2016

AU TERME DE LA DEUXIÈME ÉTAPE, SÉBASTIEN OGIER MÈNE LE RALLYE MONTE-CARLO APRÈS AVOIR ÉCHANGÉ LA TÊTE À TROIS REPRISES AVEC KRIS MEEKE.

Le triple Champion du Monde reprenait l’avantage pour 9.5s sur le Britannique au terme de la dernière des six spéciales alpines disputées autour de Gap, sa région natale.

“Une telle bataille avec Kris est géniale », s’enthousiasmait le pilote de la Volkswagen Polo R. « Ce n’était pas une mauvaise journée, hormis la petite erreur de ce matin quand j’ai touché le pont et eu une crevaison lente à l’arrière gauche dans l’ultime spéciale.”

Relégué à 6.9s de Meeke hier soir, Ogier reprenait les commandes à l’issue de la boucle matinale. Cependant, la DS 3 du Britannique repassait devant à l’issue de l’avant-dernier test avant de céder face au retour d’Ogier, dominateur de l’ES8 par plus de neuf secondes.

“Seb doit avoir un secret sur cette spéciale !”, s’amusait Meeke, auteur de deux scratches contre quatre pour Ogier. “Je crois qu’il vit à tout juste trois kilomètres, donc je suis heureux de lui offrir celle-ci.”
Andreas Mikkelsen occupait le troisième rang avant un tête à queue dans l’ES7. L’opération lui coûtait une place et une confiance égratignée. Il finissait la journée à 25.7s de Jari-Matti Latvala. Bien qu’épargné par les problèmes de suspension de jeudi soir, son équipier chez Volkswagen pointait à près d’une minute de Meeke.

En difficulté avec le comportement de la Nouvelle Hyundai i20 dont il estimait les suspensions trop tendres, Thierry Neuville restait dans le quinté de tête tout au long de la journée. Le Belge achevait la journée à 14.0s de Mikkelsen.

Sixième, Mads Østberg reconnaissait prendre le temps de s’acclimater à son nouveau copilote Ola Fløene. Mal à l’aise avec son i20, Dani Sordo terminait septième.

Une barre anti-roulis cassée et une escapade imprévue dans les champs n’empêchaient pas Stéphane Lefebvre de rallier le parc en huitième place devant Bryan Bouffier, qui heurtait un arbre dans l’avant-dernière spéciale, et Ott Tänak qui s’offrait une frayeur avec sa Ford Fiesta RS.

Sous un grand soleil, les températures s’élevaient à 6˚C. Les routes étaient alors vierges de neige, facilitant les choix de pneumatiques. Néanmoins, une plaque de verglas piégait Robert Kubica et Hayden Paddon dans la première spéciale du jour. Le Polonais sortait de piste et terminait sa course contre un arbre tandis que le Néo-Zélandais y cassait une suspension de son i20.

Auparavant huitième au volant de sa Fiesta RS, Eric Camilli sortait de la route. En parallèle, Lorenzo Bertelli abandonnait après avoir heurté un mur.

Samedi marquera la plus longue journée de l’épreuve avec cinq spéciales d’une longueur totale de 173.96km. L’itinéraire empruntera à deux reprises la gigantesque Lardier et Valenca – Faye (51.55km) et l’emblématique Sisteron avant le retour à Monaco.