Événements à venir :

6e E-Rallye Monte-Carlo – du 26 au 30 octobre 2022 – Découvrir l’épreuve

6e E-Rallye Monte-Carlo – du 26 au 30 octobre 2022 – Découvrir l’épreuve

Menu
90e Rallye Automobile Monte‑Carlo
17 - 23 janvier 2022
Hospitalité
Environnement
Archives
Partenaires

ES1 : Ogier frappe fort d’entrée, Loeb résiste !

Sébastien Ogier (Toyota) a démarré en trombe le 90e Rallye Monte-Carlo, qui lance la 50e saison du Mondial des rallyes mais la première de l’histoire du WRC avec des voitures hybrides dans la catégorie-reine : dès la première spéciale, l’octuple champion du monde, huit fois vainqueur à Monaco, a signé un chrono intouchable pour la plupart de ses rivaux, en 10 min 34 sec sur les  15,2 km de l’ES1 entre Lucéram et Lantosque, sur une route sèche de bout en bout, à l’exception de quelques portions un peu humides et glissantes, au niveau du col Saint-Roch, dont il fallait se méfier.

Le seul à avoir résisté à cette prise du pouvoir par Ogier a été l’autre Sébastien, Loeb, de retour en WRC après plusieurs mois d’absence, et pour la première fois au volant d’une Ford dans un rallye. La nouvelle Puma Hybrid engagée par M-Sport. Le nonuple champion du monde a signé le 2e chrono de cette ES1, à 5.4 secondes d’Ogier, mais sans forcer : « Au sommet, ça glissait un peu, donc j’étais sur la défensive. Je me sens bien dans cette voiture », a déclaré Loeb au point stop, avant de partir en direction de l’ES2 où il comptait bien continuer sur sa lancée.

Derrière Ogier et Loeb, les écarts ont immédiatement commencé à se creuser. Elfyn Evans, 3e chrono dans l’autre Toyota de pointe, a fini cette ES1 à 9.3 secondes de son leader, devant trois autres Ford Puma parfaitement regroupées, celle de Gus Greensmith à 12.3 secondes, celle de Craig Breen à 13.2 secondes et celle d’Adrien Fourmaux à 13.7 secondes d’Ogier. « Ca commençait à glisser un peu, on ne savait pas où étaient les portions les plus glissantes, par rapport aux notes de nos ouvreurs, donc j’ai préféré faire attention », a expliqué Fourmaux, en faisant écho à Loeb.

Les trois grosses déceptions de cette première spéciale sont venues des trois pilotes Hyundai, avec Thierry Neuville 7e à 15.9 secondes, devant Oliver Solberg 8e à 22.3 secondes parce qu’il n’entendait pas, une fois sur deux, les notes de son coéquipier Elliott Edmondson, et surtout Ott Tänak, le champion du monde 2019, relégué à 22.4 secondes d’Ogier, en ayant encaissé plus d’une seconde au kilomètre. Pour le moins étonnant.

Le départ de l’ES2, entre La Bollène-Vésubie et Moulinet (23,25 km), était prévu à partir de 21h31 pour la première voiture. Celle d’Ogier, avec le numéro 1 sur les portières de sa Toyota, déjà en position de leader, juste devant son rival historique. Celui sur qui tous les fans de rallye comptent pour entretenir le suspense de ce 90e Rallye Monte-Carlo, en résistant le plus longtemps possible à l’ogre Ogier.

Restaurant « Le Club »
La Billetterie
La Boutique Officielle
Visites Virtuelles
Inscription aux actualités de L’ACM