Publié le 18 janvier 2017

85e Rallye Automobile Monte-Carlo : Demandez le programme TV !

Lire plus

Publié le 17 novembre 2016

Ouverture des engagements

Lire plus

Publié le 1 août 2016

85e Rallye Automobile Monte-Carlo (16-22 janvier 2017)

Lire plus

Publié le 20 juillet 2016

20e Rallye Monte-Carlo Historique (25 janvier – 1er février 2017)

Lire plus

85e Rallye Automobile Monte-Carlo : Demandez le programme TV !

18 janvier 2017

Ouverture des engagements

17 novembre 2016

85e Rallye Automobile Monte-Carlo (16-22 janvier 2017)

1 août 2016

20e Rallye Monte-Carlo Historique (25 janvier – 1er février 2017)

20 juillet 2016

Ogier solide leader après la 3e journée

APRÈS L’ABANDON DE SES DEUX PLUS PROCHES RIVAUX SAMEDI DANS LES ALPES, SÉBASTIEN OGIER DÉBUTERA LA DERNIÈRE ÉTAPE DU RALLYE MONTE-CARLO AVEC PRÈS DE DEUX MINUTES D’AVANCE.

Si le Français terminait la journée avec un seul scratch en cinq spéciales, il rejoignait la Principauté de Monaco avec 1’59 »7 d’avance sur son équipier chez Volkswagen Andreas Mikkelsen. Thierry Neuville compléte le trio de tête à 12″5.

Après avoir délogé Ogier de la tête par deux fois sur les deux premières étapes, Kris Meeke abandonnait alors qu’il était deuxième. Le Britannique tapait un débris dans l’avant-dernière spéciale, perdant ainsi le protège carter de sa DS 3 et endommageant sa boite de vitesses.

« Kris méritait mieux, nous avons dû attaquer pour rester devant et ça aurait été bien de continuer comme ça jusqu’au bout », regrettait Ogier au volant de sa Polo R. « La course a changé maintenant, il faut que j’aille au bout. »

Alors qu’il occupait le troisième rang dans l’ES11, Jari-Matti Latvala glissait dans un fossé, brisant le bras de suspension avant-gauche de sa Polo R. Malgré ses réparations à l’arrivée de la spéciale, il ne pouvait rejoindre le point de contrôle suivant à temps. Le Finlandais jetait alors l’éponge. Sans Rally 2 disponible samedi soir à Monaco, Meeke et Latvala ne pourront repartir dimanche.

Ce matin, Mikkelsen perdait plus d’une minute après un mauvais choix de pneumatiques. Il rebondissait ensuite pour devancer Neuville de plus d’une minute. Le Belge répliquait toutefois grâce à un choix judicieux de pneus dans les deux dernières spéciales du jour pour offrir les deux premiers scratches à la nouvelle Hyundai i20.

Sur les sections glissantes et bosselées, Neuville s’avérait satisfait par les modifications apportées aux suspensions après deux jours d’adaptation.

Mads Østberg évitait les problèmes pour prendre la quatrième place avec sa Ford Fiesta RS tout en consolidant sa nouvelle relation avec Ola Fløene. S’il pointait à 2’13 »7 de Neuville, il disposait de plus de trois minutes d’avance sur la DS 3 de Stéphane Lefebvre.

Malgré deux têtes à queues, Lefebvre gardait l’avantage sur Bryan Bouffier dans la lutte pour la cinquième place. Bouffier cassait toutefois le bras de suspension à l’arrière gauche de sa Ford Fiesta RS dans l’ultime spéciale du jour. Le Français utilisait une sangle pour la maintenir sur la longue liaison jusqu’à Monaco, avant d’abandonner finalement.

Sixième, Ott Tänak devançait Dani Sordo, qui perdait six minutes en raison d’une suspension cassée sur la première spéciale de l’étape. Elfyn Evans, leader en WRC 2, Armin Kremer et Esapekka Lappi complétaient le top dix.

Dimanche, l’étape finale comportera trois spéciales pour 45.50km. Deux passages sur Col de L’Orme – St Laurent (12.07km) entourent La Bollene Vesubie – Peira Cava (21.35km).

Ogier en tête d’un duel excitant au Monte-Carlo

AU TERME DE LA DEUXIÈME ÉTAPE, SÉBASTIEN OGIER MÈNE LE RALLYE MONTE-CARLO APRÈS AVOIR ÉCHANGÉ LA TÊTE À TROIS REPRISES AVEC KRIS MEEKE.

Le triple Champion du Monde reprenait l’avantage pour 9.5s sur le Britannique au terme de la dernière des six spéciales alpines disputées autour de Gap, sa région natale.

“Une telle bataille avec Kris est géniale », s’enthousiasmait le pilote de la Volkswagen Polo R. « Ce n’était pas une mauvaise journée, hormis la petite erreur de ce matin quand j’ai touché le pont et eu une crevaison lente à l’arrière gauche dans l’ultime spéciale.”

Relégué à 6.9s de Meeke hier soir, Ogier reprenait les commandes à l’issue de la boucle matinale. Cependant, la DS 3 du Britannique repassait devant à l’issue de l’avant-dernier test avant de céder face au retour d’Ogier, dominateur de l’ES8 par plus de neuf secondes.

“Seb doit avoir un secret sur cette spéciale !”, s’amusait Meeke, auteur de deux scratches contre quatre pour Ogier. “Je crois qu’il vit à tout juste trois kilomètres, donc je suis heureux de lui offrir celle-ci.”
Andreas Mikkelsen occupait le troisième rang avant un tête à queue dans l’ES7. L’opération lui coûtait une place et une confiance égratignée. Il finissait la journée à 25.7s de Jari-Matti Latvala. Bien qu’épargné par les problèmes de suspension de jeudi soir, son équipier chez Volkswagen pointait à près d’une minute de Meeke.

En difficulté avec le comportement de la Nouvelle Hyundai i20 dont il estimait les suspensions trop tendres, Thierry Neuville restait dans le quinté de tête tout au long de la journée. Le Belge achevait la journée à 14.0s de Mikkelsen.

Sixième, Mads Østberg reconnaissait prendre le temps de s’acclimater à son nouveau copilote Ola Fløene. Mal à l’aise avec son i20, Dani Sordo terminait septième.

Une barre anti-roulis cassée et une escapade imprévue dans les champs n’empêchaient pas Stéphane Lefebvre de rallier le parc en huitième place devant Bryan Bouffier, qui heurtait un arbre dans l’avant-dernière spéciale, et Ott Tänak qui s’offrait une frayeur avec sa Ford Fiesta RS.

Sous un grand soleil, les températures s’élevaient à 6˚C. Les routes étaient alors vierges de neige, facilitant les choix de pneumatiques. Néanmoins, une plaque de verglas piégait Robert Kubica et Hayden Paddon dans la première spéciale du jour. Le Polonais sortait de piste et terminait sa course contre un arbre tandis que le Néo-Zélandais y cassait une suspension de son i20.

Auparavant huitième au volant de sa Fiesta RS, Eric Camilli sortait de la route. En parallèle, Lorenzo Bertelli abandonnait après avoir heurté un mur.

Samedi marquera la plus longue journée de l’épreuve avec cinq spéciales d’une longueur totale de 173.96km. L’itinéraire empruntera à deux reprises la gigantesque Lardier et Valenca – Faye (51.55km) et l’emblématique Sisteron avant le retour à Monaco.

Meeke prend la tête du 84e Rallye Monte-Carlo

LEADER APRÈS LES SPÉCIALES NOCTURNES DU JEUDI, LE BRITANNIQUE KRIS MEEKE TERMINE LE PREMIER JOUR DU RALLYE MONTE-CARLO AVEC UNE COURTE AVANCE DE 6.9S.

Sur la première spéciale, le pilote Abu Dhabi Total Team était devancé par le Champion du Monde en titre Sébastien Ogier.

Déterminé, Meeke donnait la réplique au héros local dans l’ES2. Il dominait la Volkswagen pour 11s au terme des 20.38km chronométrés. Une performance lui permettant de signer son premier scratch de l’année et la tête du rallye. “Tout se passe bien”, soulignait-il, radieux.

Dans le même temps, Ogier déplorait son approche trop prudente sur les cinq derniers kilomètres du jour, où la neige et le verglas étaient au rendez-vous. Le Français ne paniquait cependant pas : “Je suis content d’être ici. Ce n’est que le début du rallye !”

Son équipier Andreas Mikkelsen évitait les problèmes au volant de sa Volkswagen. Le Norvégien complétait le podium devant la nouvelle Hyundai i20 WRC de Thierry Neuville, déjà à 31.4s de Meeke.

Quatrième sur l’ES1, Jari-Matti Latvala rencontrait ensuite des problèmes pour chuter au septième rang à la fin de l’étape.

“J’ai heurté quelque chose sur la première portion de verglas”, détaillait le Finlandais. « La voiture a commencé à glisser donc j’ai enfoncé le pied sur l’accélérateur. Nous avons dû effleurer un pont ou quelque chose du genre. Je craignais d’avoir endommagé la suspension arrière. Après cela, nous avons levé le pied.”

Hayden Paddon héritait alors de la cinquième position. Révélation de la saison 2015, le Néo-Zélandais travaille son coup de volant à bord de l’ancienne Hyundai i20 WRC avec un certain succès puisqu’il devançait Mads Østberg de quatre dixièmes en fin de journée.

Devant se réhabituer à la Fiesta du M-Sport World Rally Team, le Norvégien n’était pas aidé par les conditions. “C’est impossible d’évaluer notre vitesse sur une telle spéciale », affirmait-il après l’ES2. “L’adhérence

Célébrités et stars lancent la saison 2016 du WRC

JEUDI, DES CÉLÉBRITÉS ISSUES DU MONDE SPORTIF ET DU DIVERTISSEMENT SE SONT JOINTS AU CHAMPIONNAT DU MONDE DES RALLYES POUR LANCER LA SAISON 2016.

Après avoir été reçus à l’Hôtel de Paris au Casino, les invités ont pu goûter aux frissons des World Rally Cars en prenant place dans le baquet du copilote pour un tour près du port longeant le célèbre Grand Prix de Monaco.
Le départ des 90 concurrents du Rallye Monte-Carlo, la plus ancienne épreuve du calendrier WRC, était ensuite donné avec le spectaculaire Casino en toile de fond. Les équipages vont affronter les piégeuses routes des Alpes quatre jours durant. Parmi les stars présentes, on retrouvait l’acteur suédois Michael Nyqvist, la gagnante de Danse avec les stars Katrina Patchett ou encore le chanteur Danny Jones des groupes McFly et McBusted.
Le monde du sport n’était pas en reste avec la tenniswoman Caroline Wozniacki, les anciennes gloires du football que sont Thomas Helmer, Jean-Pierre Papin et Jari Litmanen, le rugbyman international français Damien Chouly, le marcheur et recordman du monde Yohann Diniz ou encore Pernilla Wiberg, double championne olympique de ski.
L’événement était organisé par WRC Promoter et l’Automobile Club de Monaco, organisateur du Rallye Monte-Carlo.

Grand départ ce soir du 84e Rallye de Monte-Carlo

Triple champion du monde en titre, Sébastien Ogier attaque une nouvelle fois la saison dans la peau de grand favori. D’entrée dans le rythme lors du shakedown hier, le Français se délecte d’affronter l’épreuve la plus mythique du calendrier.

« C’est toujours un grand moment de commencer par le Monte-Carlo, révèle le pilote Volkswagen. Même si cette course arrive presque trop tôt. La coupure est trop courte depuis la célébration du titre mondial, mais je suis très excité d’être de nouveau ici. C’est un événement très spécial. Tous les pilotes ont beaucoup de respect pour ce rallye. Avant de vous battre contre les autres, vous devez d’abord lutter et survivre aux conditions extrêmes. »

Invaincu depuis deux ans en Principauté, le natif de Gap va tenter d’accrocher une troisième fois l’épreuve monégasque à son palmarès. S’il pourra s’appuyer sur sa solide expérience, Ogier sait que tout peut se passer à Monaco.

« En général l’expérience aide en rallye et elle est bien évidemment très importante au Monte-Carlo, relate le Tricolore. Cependant, même pendant les tests vous n’affrontez pas toutes les conditions de route. Le choix des pneumatiques sera une nouvelle fois cornélien et décidera en grande partie de la victoire finale. Si nous ne commettons pas d’erreurs à ce niveau là ou derrière le volant, alors les choses devraient bien se passer. »