Événements à venir :

6e E-Rallye Monte-Carlo : L’or pour Pastor / Gazzola      -     91e Rallye Monte-Carlo – du 16 au 22 janvier 2023 –  Découvrez le programme      -     25e Rallye Monte-Carlo Historique – du 24 janvier au 1er février 2023 –  Les inscriptions sont ouvertes

6e E-Rallye Monte-Carlo : L’or pour Pastor / Gazzola      -     91e Rallye Monte-Carlo – du 16 au 22 janvier 2023 –  Découvrez le programme      -     25e Rallye Monte-Carlo Historique – du 24 janvier au 1er février 2023 –  Les inscriptions sont ouvertes

Menu
90e Rallye Automobile Monte‑Carlo
17 - 23 janvier 2022
Partenaires

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /var/www/acm.mc/public_html/wp-content/themes/acm-2021/part/content-col-menu-gauche.php on line 175

ES13 : Ogier creuse l’écart sur Loeb

Plus de 20 secondes d’écart entre Ogier et Loeb : la dernière spéciale de ce samedi, l’ES13 entre Saint-Geniez et Thoard (20 km), s’est jouée sur un coup de poker, juste avant le départ : « On a mis les slicks à la dernière minute, mais Ogier l’a vu… », a souri Loeb au point stop. Il venait de perdre son pari et d’encaisser 15 secondes supplémentaires, avec la même monte de pneus que son rival plus jeune : 4 soft, alors que deux pneus cloutés sont restés dans le coffre de sa Ford Puma et qu’il a dû rouler sur des œufs, comme Ogier, au ralenti, sur la longue portion enneigée de cette spéciale, sur le versant nord du col de Fontbelle.

On ne saura jamais si, en mettant ses pneus Pirelli cloutés dans cette ES13, Loeb aurait pu faire basculer à nouveau ce rallye, comme vendredi matin quand il avait pris la tête, aux dépens d’Ogier, en signant quatre temps scratch d’affilée. Et maintenant, avec 21.1 secondes de retard sur Ogier à quatre spéciales de la fin, « ça fait un peu loin », a avoué Loeb avant de repartir vers Monaco, au bout d’une journée à suspense qui ne s’est pas terminée comme il l’espérait. Ce qui est certain, c’est qu’Ogier, tout en pneus soft, a perdu moins de temps – 5 secondes – sur Rovanperä, parti avec deux pneus neige, que Loeb – 21.1 secondes – en pneus soft lui aussi.

Rovanperä a profité de l’occasion pour signer son deuxième temps scratch d’affilée, après l’ES12, bouclant un grand chelem Toyota sur cette journée de samedi (2 temps scratch pour Ogier, 1 pour Evans). Et il attaquera dimanche la dernière matinée de course, soit 67 km chronométrés en quatre spéciales, à la 4e place, avec une chance de podium, n’ayant que 37 secondes de retard sur Craig Breen, dans sa Ford Puma Hybrid.

Plus loin au classement, Gus Greensmith (Ford Puma), 5e à 6 minutes et 33 secondes, a perdu toutes ses chances de podium en pointant en retard de 18 minutes avant le départ de l’ES11, après avoir crevé et subi un gros problème mécanique dans l’ES10, lâchant un peu moins de deux minutes sur le quatuor de tête dans la spéciale, puis passant un long moment à tenter de réparer sur le bord de la route.

Pire encore, Thierry Neuville (Hyundai), désormais 6e à 7 minutes et 44 secondes d’Ogier, a vu son amortisseur avant-droit perforer son capot et il a terminé cette journée au ralenti, dans le but de sauver de gros points dimanche au championnat, et viser éventuellement des points bonus dans la Power Stage.


En WRC2, le favori pour la victoire finale est Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia), ex-pensionnaire de la catégorie-reine, chez Volkswagen et Hyundai notamment. Le Norvégien pointe à la 7e place du scratch, à neuf minutes d’Ogier. Il devra se méfier ce dimanche du jeune Tchèque Erik Cais (Ford Fiesta), qui ne pointe qu’à 22 secondes. Le Français Stéphane Lefebvre (Citroën C3), leader vendredi soir, a connu deux importantes mésaventures ce samedi : après avoir écopé d’une pénalité de 30 minutes pour manquement à la sécurité, il a heurté un arbre à la fin de l’ES10, perdant sa roue arrière droite et le contraignant à l’abandon.

Restaurant « Le Club »
La Billetterie
La Boutique Officielle
Visites Virtuelles
Inscription aux actualités de L’ACM