Événements à venir :

Grand Prix de Monaco F1 : toutes les infos

Grand Prix de Monaco F1 : toutes les infos

Menu
90e Rallye Automobile Monte‑Carlo
17 - 23 janvier 2022
Environnement
Hospitalité
Archives
Partenaires

Le meilleur de la Conférence de Presse FIA

Ils ont été les grands acteurs de cette édition 2022 qui restera dans les mémoires de tous. Découvrez leurs réactions lors de la Conférence de Presse FIA.

Sébastien Loeb (M-Sport Ford WRT), vainqueur de son 80e rallye en WRC
« Je me sens très heureux, c’est certain. Je ne savais pas à quoi m’attendre en arrivant ici. J’avais un bon feeling avec cette voiture et ça me donnait confiance, mais je ne savais pas à quel niveau on serait. Finalement, le résultat est incroyable, mieux que ce qu’on attendait, alors que tout était nouveau, la voiture, ma copilote. »

Sur Isabelle Galmiche, sa nouvelle copilote:
« Elle a fait du super boulot tout le week-end. Elle était un peu en retard une ou deux fois, dans une ou deux spéciales, mais avec ces voitures ça va très vite et il y a beaucoup de choses à dire en très peu de temps. Elle a tout compris très vite, tout ce qu’il faut vérifier, car elle a beaucoup d’expérience dans les rallyes en France. Mais le WRC c’est plus compliqué et il y a beaucoup de choses à faire. »

Sur la Ford Puma Hybrid:
« Il y a beaucoup de puissance dans cette voiture (grâce au moteur électrique), alors c’est un vrai plaisir quand on sort des virages lents. Quand on ne l’a plus (sur d’autres portions), on réalise que ça manque. La voiture est plus lourde, mais j’ai pris beaucoup de plaisir. J’étais tout le temps à la limite, il y avait des spéciales où ça se passait mieux et d’autres ou j’avais plus à me battre. Vendredi, tout était parfait, l’équilibre de la voiture, les notes, les infos de nos ouvreurs, et je me sentais très bien. Samedi, Seb (Ogier) était un peu plus rapide que nous. C’était une belle bagarre et j’ai pris beaucoup de plaisir. »

Sur l’ES17:
« Je me sentais bien avant l’ES17, puis je me suis rendu compte que je perdais les pneus avant et à la fin je me suis dit qu’il était allé vraiment très vite. Je suis heureux de gagner ce rallye. Je n’ai aucun plan pour la suite de la saison. »

« Je suis super heureux d’avoir gagné le « Monte-Carl », car mon dernier titre remonte à dix ans (en 2012). On arrive avec une nouvelle voiture, une nouvelle copilote, et on se retrouve en bagarre avec Seb, pour l’emporter à la fin, donc c’était génial. C’est un rallye avec une super ambiance, où on a beaucoup de supporters. On a pris beaucoup de plaisir, on a vécu des super moments dans la voiture, et avec une victoire à la fin, on ne pouvait pas rêver mieux. »

 

Sébastien Ogier (Toyota Gazoo Racing WRT), 2e

« Il faut d’abord remercier nos équipes, qui ont fait un travail fantastique pour construire ces voitures, complètement différentes des précédentes. Je pensais qu’on aurait plus de problèmes et on a pu se battre comme à la grande époque, personne ne pouvait penser que c’était des voitures neuves. C’était un joli show pour le sport, je ne suis pas 100% satisfait mais je peux garder la tête haute car nous avons tout donné, même si ça s’est décidé sur pas grand chose. Je suis assez d’accord pour revenir l’année prochaine, même si ça ne fera pas plaisir à ma femme. »

Sur Benjamin Veillas, son copilote:
« Il a fait du bon boulot, ce n’est jamais facile de monter dans une voiture comme ça, à ce niveau, ça met beaucoup de pression sur les épaules du copilote. Ce nétait pas parfait à 100% mais ce n’était pas possible d’être parfait sur un premier rallye ensemble. On a bien démarré ensemble et c’était plus difficile pour lui aujourd’hui (de perdre à la fin), parce que moi j’ai déjà gagné souvent dans ma carrière. Je suis sûr qu’on va gagner des rallyes ensemble dans l’avenir. »

Sur l’ES17:
« Au départ de l’ES17, j’ai bien senti qu’on était à la limite, il y a eu un bruit bizarre dans l’habitacle, je perdais de la pression et de la puissance, et je savais qu’on avait 9.5 secondes à rattraper. J’en ai repris 9, j’étais au-delà de la limite deux ou trois fois mais finalement cette pénalité de dix secondes n’est pas une mauvaise chose, car si j’avais perdu pour une demi-seconde, je serais encore plus énervé maintenant. »

Sur son approche de ce Monte-Carlo 2022:
« Pour ce rallye, j’étais un peu plus relax que d’habitude, j’étais d’abord ici pour me faire plaisir, pour donner le meilleur de moi-même. Il y avait beaucoup de questions au départ, est-ce que la voiture serait fiable ? Mais l’équipe a fait du bon boulot. L’objectif n’était pas de finir deuxième, mais il y a un beau vainqueur et je suis content aussi pour Malcolm (le patron de M-Sport). C’est une belle histoire et les voitures nous ont permis de nous battre de près. »

 

Craig Breen (M-Sport Ford WRT), 3e
« Je me sens bien, c’était un bon week-end, je suis encore très excité d’être à côté de ces deux gars, et je suis certain que ça ne se reproduira pas. C’est ma 4e fois ici, alors finir sur le podium, dans le rallye le plus difficile de l’année pour moi, c’est génial. Merci beaucoup à l’équipe M-Sport, qui nous a produit une voiture incroyable, nous a donné tous les outils ce week-end. Je m’adapte assez vite, en général, et j’étais très confiant dans cette voiture, même si j’ai fait quelques petites erreurs de réglages le premier jour, car je n’avais pas fait beaucoup d’essais avec la Puma. Et le samedi ça allait mieux et ça marchait très bien à la fin. En Suède, ce sera différent pour moi, car je ne suis plus sur un championnat partiel, et je pense qu’on va devoir ouvrir la route. J’ai hâte de faire des essais sur neige pour préparer la Suède. »

 

Richard Millener, Team Principal de M-Sport Ford
« C’était difficile pour nous ces deux dernières saisons et on a tout fait pour réussir cette année, en travaillant très dur sur ce qu’on voulait faire. On savait qu’on pouvait obtenir ce résultat mais que ce ne serait pas facile. On a travaillé pendant la période de Noël, et on obtient le résultat dont on rêvait. Pour le rallye en général, on ne pouvait pas rêver d’un meilleur début pour l’ère de l’hybride, et c’est bien d’être dans cette position. On était un peu tendus avant l’ES17 et on savait qu’on avait le meilleur pilote possible dans cette position. C’est un peu surréaliste pour moi d’être ici à côté de lui, car c’était mon idole quand j’ai commencé dans ce métier. On est très heureux et très fiers d’avoir pu lui confier cette voiture, et ça va rester dans l’histoire du sport auto. On va pouvoir se reposer et se relaxer pendant deux jours. La Suède va arriver vite, alors après, assez vite, on va se remettre au travail. C’était une semaine fantastique. Seb a besoin d’une bonne machine à café, c’est sur notre « to do » list. Quoi qu’il arrive ensuite, on pourra repenser à ce week-end: on avait une chance, et on l’a saisie. »

 

Andreas Mikkelsen, vainqueur en WRC2
« Ce n’était pas facile, il y a eu beaucoup de hauts et de bas. On a essayé de rester intelligents, de tenir compte des conditions. Tout le monde disait que ce rallye serait facile, mais je n’ai pas trouvé, et c’était difficile, avec beaucoup de verglas. On ne pouvait pas attaquer car on ne connaissait pas le niveau d’adhérence. Notre approche, c’était d’essayer de gagner en prenant le moins de risques possible. Les Citroën étaient très rapides et finalement mes deux principaux rivaux ont eu un problème. J’ai eu une crevaison hier, je pensais tout perdre. Ce matin, j’ai creusé un bon écart dans la première spéciale et après c’était plus facile. Dans l’ES de Sisteron (ES11/13) samedi, c’était très difficile, et j’ai choisi des pneus neige sans clous, mais j’étais le seul et ce n’était pas évident. Après j’ai eu une crevaison, on a changé la roue en vitesse et on n’a pas perdu trop de temps. Je suis resté premier et c’était vraiment le moment le plus fort du week-end. Je pensais que les Toyota seraient très rapides, j’avais hâte de voir comment les Puma se comportaient, c’étaient des fusées, car M-Sport sait comment construire des voitures. Il faut maintenant se préparer pour la Suède. »

 

Sami Pajari, vainqueur en WRC3
« Au départ, j’avais à l’esprit de faire un bon résultat, mais on voulait surtout accumuler de l’expérience dans ce qui était notre premier Monte-Carlo. Le bonus, c’est la victoire en WRC3. Dans le Monte-Carlo, la glace et la neige rendent les choses spéciales, ce n’était pas facile de relever ce défi et j’ai peut-être été trop prudent à certains endroits, mais finalement je n’ai pas fait de grosse bêtise donc je peux être content. »

 

Raphaël Astier, vainqueur en R-GT
« Ce n’était pas simple, surtout avec l’Alpine qui est une deux-roues motrices et une propulsion. On a rencontré beaucoup de goudron, mais il n’était pas toujours sec, et on a eu des difficultés à choisir les pneus, mais on a bien travaillé avec mon coéquipier et mon équipe. Aujourd’hui, seuls les partenaires peuvent dire quel sera mon programme pour le reste de l’année, mais je n’ai pas de suite prévue pour l’instant. La spéciale de Sisteron samedi (ES11/13) n’était pas très amusante, on a réussi à monter jusqu’au col et c’était déjà bien, mais il y avait trop de pièges. »

Restaurant « Le Club »
La Billetterie
La Boutique Officielle
Visites Virtuelles
Inscription aux actualités de L’ACM